20/05/2019

Comment exposer correctement ses photos ?

La cellule d'un appareil photo, qu'il soit numérique ou argentique est étalonnée par rapport à une charte de gris Kodak à 18% de réflectance.

Pourquoi 18%. En gros c'est la quantité de lumière réfléchie lorsque celle-ci éclaire un objet ou un être humain.

Un boitier photo mesure toujours la lumière réfléchie par le sujet.

Pour résumer, ce que cherche à obtenir un capteur photo c'est une image "standart" ou moyenne, ne tenant pas compte des éventuelles particularités du sujet photographié !

Vous avez sûrement constaté par vous même, en ayant fait des photos à la montagne que le rendu est gris sale...

Pourquoi ? La cellule de mesure étant étalonnée sur 18% de réfectance, elle reçoit un maximum de lumière réfléchie par la neige et donc propose au photographe d'augmenter la vitesse d'obturation ou de fermer le diapragme de l'objectif ! La neige doit être dans les 80% de réflectance. En gros elle est éblouie.

C'est une erreur ! Il faut, au contraire, surexposer volontairement d'un ou généralement 2 IL (Indice de Lumination) ou EV (Exposure Value) ou valeur de diaph...

Tous les boiters numériques d'aujourd'hui disposent d'une molette de correction d'exposition ou il est écrit -2 -1 0 +1 +2... En général, dans les menus de configuration du boitier, on peut choisir de corriger par bond de 1/3 EV ou 1/2 EV.

Il en est de même dans le cas de sujets sombres ou de matière absorbant la lumière (peinture noire mate, textiles en velours etc...)

Dans ce cas, si on veut obtenir un noir profond correspondant au sujet, il faudra sous-exposer, via la molette de correction, de -1 EV voire -2 EV sinon on obtiendra du gris...

Dans le cas de la photo ci-dessus, la peau du visage renvoie plus de lumière que le vêtement, pour respecter la valeur sombre, il faudra sous-exposer tout en respectant le rendu du visage.

C'est pour cela que la prise de vue en photo devrait se faire en mode RAW, car tous ces paramètres peuvent se gérer plus facilement en post-production (dans les limites d'une exposition correcte à la base).

On peut assimiler le mode RAW au mode pellicules négatives du temps de l'argentique, avec une latitude de correction plus élevée.

De même que le mode jpeg équivaut aux diapositives argentiques qui avaient une faible latitude de pose !

D'ailleurs, en mode RAW, il est très facile de corriger un mauvaise réglage de la balance des blancs en post-production, et de changer la tonalité de l'image (rouge/vert/bleu).

La technique photographique peut s'apprendre en une journée, par contre aucun appareil photo quelque soit ses qualités intrinsèques ou son prix, ne remplacera un oeil averti et du talent...

Ce n'est pas l'appareil qui fait la photo mais le photographe ;)

“Photographier c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l'oeil et le coeur.” Henri Cartier-Bresson

Retour